Présentation

Ce projet pédagogique de l’Université de Poitiers installe un groupe d’étudiants d’histoire de l’art et archéologie en position de commissaire d’exposition, mettant en regard des œuvres du FRAC Poitou-Charentes avec les collections beaux-arts du musée Sainte-Croix.

L’exposition Décliner le symbole est l’aboutissement d’un travail mené depuis le mois d’octobre 2016 par seize étudiants en licence d’histoire de l’art de l’université de Poitiers, en association avec les personnels du Musée Sainte-Croix et du FRAC Poitou-Charentes et sous la supervision de Nathan Réra, maître de conférences en histoire de l’art contemporain. Elle constitue la deuxième édition du programme « Agrégation », dont l’objectif est de confronter les oeuvres1 de ces deux institutions par binômes.
Cette année, les étudiants ont choisi d’interroger la notion de symbole en art, dans une perspective diachronique allant du 19e siècle à nos jours. Le terme « symbole » est utilisé pour désigner diverses notions, parfois proches, parfois éloignées les unes des autres. Il fonctionne à la manière d’un « aimant à idées » : une image, un objet, un détail voire une attitude peuvent traduire un concept. Le symbole se définit ainsi en grande partie d’un point de vue culturel. Certaines oeuvres mondialement connues ont fini par acquérir le statut de symboles, alors qu’elles n’avaient pas cette vocation à l’origine : ainsi en va-t-il de la Statue de la Liberté qui, évoquant à l’échelle planétaire les États-Unis, a pu revêtir d’autres significations (pour les Français, l’amitié franco-américaine ; pour les immigrés qui échouaient à Ellis Island, l’espoir du rêve américain et d’une vie meilleure). Cette allégorie de la liberté apparemment évidente se pare en réalité d’une symbolique multiple.
Dans cette perspective, les duos d’oeuvres qui constituent l’ensemble de l’exposition ont pour objet d’interroger les phénomènes de persistance, de variation ou de métamorphose des symboles. Il appartient à chaque visiteur de s’approprier ces questionnements, en cherchant ce qui, dans la confrontation de ces oeuvres d’époques et de styles différents, fait office de symbole et à quelle(s) fin(s). Afin de stimuler la réflexion, le choix a parfois été fait de retenir des oeuvres où le symbole est présent en creux, mais pas nécessairement sous sa forme matérielle. Le symbole étant, pour reprendre la belle image de Raymond de Becker, un cristal qui restitue la lumière selon les facettes qui la captent, cette exposition a pour ambition de permettre de mieux en percevoir les multiples reflets.

 

Commissariat d’exposition

Jonathan Achard | Aurélia Bardot | Marie Barreau | Antoine Blanc | Mariane Bouhourd | Pierre Brossard | Ellen Cary | Cécile-Marine Couty | Alice Dalmont | Lisa Dubost | Sarah Gehin | Thomas Jamin | Juliette Jessin | Mayana Lebot | Adèle Maupin | Marion Rochard, sous la coordination de Nathan Réra

 

Avec les œuvres de

Pierre Jahan | Ernest T. | Urs Lüthi | Clara Ianni | Bertrand Lavier | Fabienne Audéoud | Vladimir Nikolic | Saâdane Afif et Guillaume Janot | Philippe Ramette (collections du Frac Poitou-Charentes)

Jean-François Théodore Gechter | James Pradier | Auguste Rodin | André Brouillet | Camille Claudel | François Édouard Zier | Léon Pérrault | Pierre-Eugène Guérithault (collections du Musée Sainte-Croix)

 

 

 

Recherche

Menu principal

Haut de page